Qui a dit que ce sont les filles les plus piplettes, bavardes, de vraies pies ?? Et bien pas moi ! Et pour cause, c'est que j'ai un exemplaire mâle à la maison encore plus bavard que dix filles réuni ! Et là pour le coup je n'exagère pas.

Vous allez me dire que c'est agréable un enfant bavard, qui raconte volontiers sa journée d'école, son cours de guitare, son week-end chez son père (peut-être même qu'il en dit un peu trop sur ce coup là, mais bon c'est une autre histoire que je vous raconterai certainement un jour), ce qu'il vit et fait en général. La parole c'est la vie, comme on dit !

Le souci, c'est que l'enfant en question ce croit un peu fils unique dans ce domaine. Il monopolise les temps de discussion et inonde toute la place de paroles incessantes. Pour lui, parler est limite vitale. Il respire, il dit un mot, il respire, il dit un mot...

Il a toujours été comme ça. Parlé très tôt, marché très tôt, compté très tôt, tout très tôt... Mais plus il grandit, plus il tient tête aux autres et son désir de parler devient plus important que ce qu'on peut lui dire ou lui apprendre.

D'après la psychologue Geneviève Henry," les enfants bavards "débordent" pour exister. Ils n'ont pas bien intégrés les limites intérieures, c'est à dire, ce qu'on a le droit de faire et ce qui est interdit." Tout à fait d'accord avec toi Geneviève, c'est tout Maxime (c'est mon fils !), il dé-bor-de !!

Moi ce qui me gène (mis à part le fait qu'il me saoule vite ! (mauvaise mère !!)), c'est que ce "petit défaut" l'handicap beaucoup. A la maison, même si on essaye d'être tolérants, nous restons malgré tout des humains et notre quota d'écoute est vite saturé. De ce fait il se voit régulièrement reprendre par des : "tais-toi, chuuuuuteuuuu, tu peux te taire s'il te plait (ça commence bien...) tu me saoul (ah ça se gâte !), parles dans ta tête (ça marche moyennement, mais c'est pas faute d'essayer !)..." Et j'en passe. Et puis il faut dire aussi qu'il n'est pas fils unique (à son grand désespoir), et que l'heure du couché n'étant pas encore à 23h45, il faut bien que ses frères et soeur arrivent à en placer une aussi avant 20h30 !

Allez, encore si il y avait que ça. On pourrait gérer. Vaut mieux ça qu'un enfant malade il va de soi.

Mais l'enfant bavard sort de la maison, et va à l'école accessoirement ! Et là c'est plus costaud déjà. A l'école il y a des règles et un cadre (comme à la maison bien sur, mais ça l'enfant bavard en fait son affaire !). Et un enfant trop bavard peut vite se retrouver en situation d'échec. Bah oui, comment tu fais pour parler de ta dernière Nintendo DS et écouter la consigne de l'exo de math ? Hein comment tu fais ?? Le bavardage diminue en plus les capacités d'attention, de concentration et de mémorisation (merci Geneviève pour ces infos). Mais Dieu merci, Maxime n'a pas (encore?) se genre de problèmes. Je remercie Dieu (ou Allah ou Shiva ou bien même tous les Dieux du Stade réuni, c'est toi qui choisis !) car à ce niveau Maxime n'a pas de problème, il oscille entre la 3ème et 4ème place de sa classe, et ça c'est un vrai miracle étant donné sa non-concentration intense (et ça c'est la maîtresse qui le dit). Lui faire "sauter" une classe pour qu'il se concentre plus ? Déjà fait, et je le regrette après coup, bref.

Donc le vrai souci à l'école ce sont ses relations avec les autres. On compte sur les doigts d'une main les bons copains (ceux qu'il n'a pas encore gonflé !), car les autres ont capitulé. Marre d'être toujours remis en cause (en cm2 en commence à avoir sa petite fierté), de ne pas être assez écouté, d'être perturbé pendant la classe par la maitresse qui reprend mon fils ou par mon fils lui même qui jacte sans cesse...

Bien entendu nous avons essayer de comprendre ce qui poussait notre garçonnet à agir de la sorte. Pourquoi tant de parole dans une si petite bouche ? Et après moult conseils (enseignants, amis, famille), et divers avis psy, le bavard a put se lâcher, il y a de ça 3 ans maintenant, durant toute une journée. Une journée à Paris dans un grand cabinet pédo-psy de l'avenue Wagram. Entouré de professionnels rien que pour lui (pédo-psy, orthophonistes), il a été écouté pendant des heures (le rêve !!!), par le biais de discutions, mais aussi de jeux, de mises en scènes, de jeux de rôles, d'exercices divers et variés...

Il n'est pas hyper actif, ce qui nous trottait dans la tête depuis un petit moment, et ça c'est cool... Maxime est simplement un enfant intellectuellement précoce qui ne sait pas canaliser son trop plein d'informations déjà acquises, mais aussi en cours d'acquisitions. Donc il parle... Il parle pour se rassurer, il parle pour apprendre, il parle pour comprendre, il parle pour rien dire, il parle pour ne plus penser, il parle pour se sentir exister...

C'est pas facile pour un maman, d'essayer d'aider son enfant à ce sentir bien dans sa tête, en harmonie avec soi même et avec les autres. Pour ça je communique beaucoup avec lui. Et crois moi, ça dure des heuuuuuuuuuuuuures !!!!!!

mr_bavard