J’avais pourtant tout prévu. 1ère semaine de vacances rempli d’extraordinaires activités, un week-end de Pâques en famille un peu loin du nid pour un peu de dépaysement, et oust tout ce petit monde, au centre aéré la 2ème semaine de vacances. The Queen of the organisation ! 

Mais ! But ! C’était sans compter l’ingéniosité de Gaspard (hé oui encore lui). Fils caché de Pierre Richard et de Michelle Bernier.

Jeudi (attends que je me remémore). Ah oui jeudi, parc des Animaux, parce que c’est mignon, ça pue, bla bla bla...

Sauf que Jeudi, Gaspard a mal au ventre. Gaspard ne mange rien depuis le matin. Gaspard vomit.

C’est donc en toute bonne foi que je le gave de Spafon Lyoc, Motillium (qui revomit direct), et de Vogalène en suppo (qui garde!), pensant innocemment à une bonne grosse gastro de derrière les fagots.

Papa rentre plus tôt que prévu, j’en profite donc pour m’échapper sortir avec le reste de la troupe. Manquerait plus qu’ils choppent eux aussi cette daube, ça pourrait foutre en l’air notre week-end !

Deux heures de biquettes plus tard, nous rentrons voir l’étendu des dégâts (autour de la cuvette).

Papa en panique, a prit tout seul comme un grand rendez-vous chez le doc. Gaspard plié en 4, vomit plus qu’il ne peut.

Le rdv passé, Papa m’appelle. Le verdict tombe. Appendicite. Direction la clinique pour faire un bilan sanguin. 

Le chirurgien aimerait rentrer chez lui, il opère depuis 8h le matin et il est déjà 21h, mais devant le teint « gris » de mon fils il prend le temps d’attendre le retour des résultats de la prise de sang.

Il a bien fait, on frôle la péritonite.

Le temps de préparer le bloc et de trouver un anesthésiste, à 23h30 Gaspard se paye le luxe de se faire retirer son appendice.

Depuis jeudi soir donc, le Chéri et moi, nous relayons au chevet de notre marmot, ayant préalablement annulé le week-end familiale chez les potes, zappé bien comme il le faut la chasse aux noeuf dans le jardin, dormant, soit tout seul comme un pauvre malheureux dans un lit conjugale tristement calme, ou bien dans un lit d’hôpital tristement dur !

Une perf dans chaque bras, double ration d’antibiotiques et de réhydratation, prise de tension, de température toute les 2h... Un chouette week-end de Pâques en sommes.

Aujourd’hui Gaspard va mieux, il m’a même un peu gonflé ce matin c’est dire. Il sort enfin demain. 

Mais ! But ! A mon grand désarrois, ne pourra pas aller au centre aéré dès demain, comme ses frères et soeur. 

Pfffff... La prochaine fois je ne prévois rien...

Dégoutée de la life...