Précédemment dans Gris Souriceaux...

« John et Suzann en ont assez de devoir vider leur PEL pour des appareils dentaires hors de prix. Pour cause, leurs enfants adorés qui ne cessent de sucer leurs pouces à tout va. La décision est prise : les jumeaux devront faire les frais d’une technique quelque peu sadique mais ô combien efficace. Le vernis devenu leur nouvel allié, les formidables parents se rendront-ils rapidement compte de leur erreur ? Tel est pris qui croyait prendre ?"

Après moult négociations, le grand soir arrive, les petits rituels du couché sont quasi fini (le fameux : dents-histoire-pipi), il est temps de passer aux choses sérieuses. Faites péter les pouces les cocos, Josy la manucure vient d’arriver ! (Oui car en plus d’être bipolaire parce que je suis frileuse, je suis aussi Schizophrène). C’est là qu’entre en scène l’Ecrinal

Un vernis qui pourrait ressembler à tant d’autres, si ce n’est ce gout infâme qui te reste dans la bouche pendant des heures si tu oses t’en badigeonner la langue. (En même temps personne ne le fait... enfin je crois !?)

Je te rassure, à petite dose sur les petits ongles tout mignons de mes bébés phoques, c’est tout aussi infâme, mais cela ne reste pas en bouche des heures. Enfin je crois...

Leurs petits ongles de pouces joliment manucurés, il est grand temps d’aller ce coucher.

Tout en joie et en allégresse ce joli petit monde grimpe tels des chimpanzés dans leurs lits, se préparant à une douce nuit sans encombre.

« Bonne nuit les petits, à demain ! Petits chenapans va ! (clin d’oeil qui va bien) » 

Les deux beaufs parents, assis devant Charmed Top Chef, pensent que l’heure de la libération à sonnée et qu’ils vont enfin pouvoir savourer leurs desserts tranquillité.

Mais c’était sans compter l’effet à retardement du tant-adulé-vernis !

Difficile pour un bébé phoque de trouver le sommeil sans son Doudou, mais encore plus difficile pour bébés phoques de trouver le sommeil sans son Doudou ET son pouce.

Ca gigote, ça remue, ça roule et déroule la couette en plume d’oie, ça parle, ça gueule (ça c’est du coté des parents), ça baille pourtant, mais au bout d’une heure ça ne dort toujours pas.

Sans plus d’explications de ma part, je peux tu dire que 30’ minutes plus tard, plus personne ne mouftait.

Après quelques divagations audiovisuelle plus qu’enrichissantes (arf !!). Ce fut l’heure, à notre tour, de s’en retourner à nos paillasses.

- 2h37, un cri strident perce la nuit noire.

- 2h41, personne ne semble l’entendre.... 

- 2h42... Putain, c’est toujours la même qui se lève !!!

- 2h46, le calme est revenu... En apparence...

- 2h48, un cri strident perce la nuit noire deuxième !

Et là ça rigole plus l’Homme se lève !!!!

Agathe, le bébé fille de la maison donc, celle avec qui on aurait une légère (mais vraiment minime !) tendance à céder plus facilement, à balayer d’un revers de manche les petits désagréments de la vie quotidienne tels que : caprices, boudages, fourberies..., cette même fille nous pourrie la nuit parce qu’elle ne peut pas sucer son pouce, parce qu’elle a un gout infâme dans la bouche !

A 2h52, je peux te dire que pour le Père, il n’y a plus de traitement de faveur qui tienne.

Perso je serai incapable de te raconter ce qui s’est passé entre 2h57 et 3h48, parce que je dormais.... (Rinçage de bouche, voir même brossage de dents j’imagine ?)

J’ai juste entendu l’Homme bougonnant se recoucher en faisant de grands mouvements de drap (il n’y a pas de raison que ce soit le seul à ne pas dormir hein...).

Nous avons attendu le surlendemain pour réitérer l’expérience. Il nous fallait au moins ça pour récupérer de notre very bad nigth.

Brieffée jusqu’au bout des ongles notre bébé phoque fille, s’est endormi comme un ange, la bouche vide et le pouce sec... jusqu’au petit matin.

Olééééé !!!

ola____

Merci les gars, mais c’est juste une question de patience, c’est tout !